Le saviez vous ? Google, émissions de CO2 et réchauffement climatique

Selon Google, chaque requête sur son moteur de recherche consomme environ 0,2 grammes de CO2 (dus à l’utilisation des serveurs de la firme). En 2009, 87 milliards de requêtes ont été effectuées, soit environ 17.400 tonnes d’émissions de CO2.

 

L’auto complétion (les propositions que Google vous fait alors que votre recherche n’est pas encore complète) aggraverait également les émissions, puisque le nombre de requêtes est bien plus important, pour une seule recherche. Ceci serait toutefois compensé par le fait que vous divisez le temps de recherche par 2.

 

Et si la chaleur de vos serveurs pouvait vous servir de chauffage ? C’est en tout cas ce qu’a mis en place Helsingin Energia (Fournisseur d’électricité en Finlande) en raccordant son système de refroidissement de datacenter à une pompe à chaleur, servant à préchauffer l’eau de ville servait aux habitants, le tout pour un coût très abordable.

 

Conseil RH : Réfléchir à des solutions de climatisation des serveurs plus respectueuses de l’environnement n’est pas forcément réservé aux grandes sociétés. Des solutions existent pour toutes les entreprises. Les salariés ont souvent un rôle important à jouer, et les impliquer dans une démarche globale de solutions de développement durable améliore la motivation de vos équipes. Pourquoi ne pas lancer un concours d’idées neuves dans votre entreprise ?!

 

Aurélien Fréret

http://www.rcomrh.com



Mangez des pommes ! (avec un titre restaurant)

Le décret n° 2010-1460 relatif aux conditions d’utilisation du titre-restaurant vient d’adapter le 30 Novembre dernier le code du travail pour que les fruits et légumes soient payables en titres restaurant.

Auparavant, les titres restaurant ne pouvaient être utilisés qu’en paiement d’un repas consommé au restaurant ou dans une cafétéria. Puis leur utilisation avait été étendue à d’autres activités commerciales: boulangers-pâtissiers, traiteurs, bouchers-charcutiers, cafés, bars, etc.

Alors que le repas payé en titre restaurant doit être immédiatement consommable,  le nouveau décret déroge à cette règle pour permettre le paiement des fruits et légumes, qu’ils soient ou non directement consommables.

 

Conseil RH : Adoptez une mesure souvent appréciée par l’ensemble des salariés : la corbeille de fruits ! Même si la mesure est simple, efficace et très économe, si les budgets sont serrés, remplacez les fleurs de l’accueil par une belle corbeille de fruits dans laquelle chacun pourra piocher (profitez en pour sélectionner un producteur local !). Clients et salariés n’en seront que ravis…

 

Aurélien Fréret

http://www.rcomrh.com



« Je rêvais d’un autre monde »

Il est certains chiffres qui vous font réfléchir. En voici quelques uns que j’aimerais aujourd’hui partager, et qui sont quelque part à l’origine du cabinet de conseil RH « R com RH » que j’ai créé.

 

Il s’agit de données économiques souhaitées par tout investisseur. Il est très courant aujourd’hui d’exiger des taux de rendement de l’ordre de 15%. C’est une norme.

Penchons-nous sur le cas des Etats-Unis : ce pays est devenu au cours du XXème siècle la première puissance mondiale, et a connu de ce fait une des plus forte croissance économique. Dans ce pays, les entreprises cotées ont dégagé 8% annuels tout au long du siècle. Il s’agit là d’une des plus grandes performances !

 

J’avoue ne pas avoir boudé mon plaisir en lisant une interview récente de Jean Peyrelevade dans laquelle l’ancien patron du Crédit Lyonnais indiquait que « les actionnaires institutionnels exercent une pression non seulement intenable, mais exagérée sur les entreprises. Depuis quelques mois la situation s’améliore et ils exigent à nouveau leurs fameux 15% de rendement. Or dans un monde capable de croitre de 3%, cet impératif ne peut pas s’appliquer, sauf à prendre des risques inconsidérés et à provoquer à nouveau une crise majeure ». Sa recommandation ? 3 à 5% net d’inflation. Au delà, pour ce banquier « c’est de la prédation ».

 

Conseil RH : Parler de développement durable dans l’entreprise, ce n’est pas forcément mettre en place une cantine bio. C’est avant tout faire preuve de bon sens, pour concilier trois données impératives de la société : la finance, l’environnement et le social. Rompre l’équilibre sur l’un de ces 3 facteurs aboutit forcément à une crise.

 

Aurélien Fréret
http://www.rcomrh.com

 

Source : L’expansion n°758, décembre 2010.



News Letter Alternative Com... |
Se Sortir de la galère |
projets et financements |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | chezservice
| bioterre
| Maude PAVAGEAU