Satisfaits ou pas insatisfaits ?

Retour sur une petite théorie des organisations que nous aurions tout intérêt à remettre en relief dans une politique RH…

Frederick Irving Herzberg (1923 – 2000) est un psychologue américain célèbre pour ses travaux sur l’enrichissement des tâches au travail. Herzberg développa une théorie dite « théorie des deux facteurs » qui stipule que la satisfaction au travail et l’insatisfaction au travail agissaient de manière indépendante.

Ainsi, le contraire de la satisfaction n’est pas l’insatisfaction mais l’absence de satisfaction. De même, le contraire de l’insatisfaction est l’absence d’insatisfaction. (Herzberg, Mausner & Snyderman 1959)

 

Il est donc possible pour un employé d’être à la fois satisfait et insatisfait dans son travail.

 

Pour Herzberg, les facteurs de motivation sont reliés au contenu du travail (responsabilités, réalisations) alors que les facteurs d’insatisfaction sont reliés à l’environnement du travail (sécurité d’emploi, salaire, avantages sociaux).

 

Herzberg dégage cinq facteurs de satisfaction qui sont l’accomplissement, la reconnaissance de l’accomplissement, le travail lui-même, la responsabilité et la progression sociale.

 

Les facteurs de mécontentement touchent plus à l’environnement qu’aux relations entre les hommes : la politique de l’administration, la personne du supérieur, la rémunération, les relations avec les collègues, les conditions de travail…

Herzberg prône donc l’enrichissement des tâches, pour augmenter l’intérêt au travail, et l’autonomie.

Conseil RH : Lorsqu’on s’applique à mettre en œuvre une politique RH ou qu’on analyse les facteurs des risques psychosociaux, acceptons que des salariés puissent à la fois être satisfaits et insatisfaits. Cela permettra de se concentrer sur les facteurs importants de la motivation ou de la démotivation et de proposer des alternatives ciblées. L’impact des solutions proposées n’en sera que renforcé.

 

Aurélien Fréret.



Cyber reputation : que pense le web de vous ?

A l’heure où les réseaux sociaux étendent leur influence, la cyber réputation devient une préoccupation de premier ordre chez certains citoyens : diffamation, publication de photos compromettantes, ou encore publication de la vie privée à l’insu des personnes concernées… la liste est longue sur les dérives. A tel point que certaines sociétés se sont spécialisées dans la reconstruction d’une virginité de votre e-réputation.

 

Au delà de l’exercice personnel, vous êtes vous déjà demandé quelle était la e-réputation de votre société ?

 

Les moyens sont effectivement sans limites pour un salarié, un client, un fournisseur, d’en dire long sur les pratiques de votre société : Blogs, groupes Facebook, ou encore notetonentreprise.com sont autant d’exemples qui pourraient vous priver du prochain candidat magique ou d’un client fort intéressé par votre dernière offre.

Dans son édito d’octobre 2010, Carine Guicheteau, Rédactrice en Chef de Chef d’entreprise Magazine, montre avec tact que la cyber réputation est bien valable dans les deux sens : si les recruteurs sont de plus en plus nombreux à utiliser les réseaux sociaux pour chasser ou se renseigner sur des candidats potentiels, les candidats ne se privent pas pour regarder ce qu’il se dit sur votre entreprise sur le net. N’oublions pas que ces informations (vraies ou fausses, là n’est pas la question) sont visibles pour tous… et vos clients pourraient bien vérifier les renseignements que vous avez valorisé dans votre dernier appel d’offre en regardant si les salariés vivent bien votre politique salariale ou le plan de formation si bien décrits lors de votre AO.

 

Conseil RH : Faites le tour du web sur ce qui se dit sur votre entreprise (Blogs, forums, sites de notations) et agissez ! Quoi de pire qu’un candidat idéal qui se rétracte après avoir lu des commentaires négatifs, ou qu’un client qui se demande finalement s’il ne devrait pas choisir votre concurrent. Il s’agit d’un travail de longue haleine, qui ne prend pas beaucoup de temps au quotidien, mais qui peut couter ou rapporter beaucoup ! Développer sa « marque-employeur » commence souvent par là.

 

Aurélien Fréret.



Psychométrie : passez le test, je vous dirai qui vous êtes…

Les outils psychométriques mesurent les aptitudes, la personnalité, les intérêts et la motivation de l’individu en les comparant à une population de référence.

Les résultats des tests peuvent aider à évaluer le potentiel d’une personne pour une fonction, puisque ceux qui réussissent bien à un test ont tendance à réussir dans l’emploi lié. En incorporant les tests aux entretiens structurés, il est possible d’explorer le potentiel d’un individu avec beaucoup plus de profondeur qu’avec un entretien seul. Les tests psychométriques évaluent le comportement général et les aptitudes fondamentales d’un individu telles que les capacités de raisonnement, d’analyse ou de leadership.

Le test est donc un outil qui permet d’ajouter des informations nécessaires au recrutement que vous n’avez que difficilement lors d’un entretien en face à face.

Quand on y pense, n’est-il pas limité de passer qu’une petite heure avec un candidat qui travaillera dans votre équipe pendant, on l’espère, des années ?

Le test, tout comme une mise en situation, l’entretien ou l’entretien de groupe, permet d’approfondir la candidature d’une personne et de croise un maximum d’informations. En ce sens, les résultats d’un test ne peuvent pas servir de seule base décisionnelle, mais ils constituent un support très intéressant lors de l’entretien que vous passez avec le candidat.

 

Le résultat ? Un risque d’erreur d’évaluation qui réduit grâce à une notation objective, scientifiquement validée (en recrutement, mais aussi en bilan de compétence ou entretien annuel)

 

Conseil RH : selon les tests, il est possible d’évaluer en général une vingtaine de domaines comportementaux. Attention donc à vous poser les bonnes questions ! Ne recherchez pas votre mouton à 5 pattes, excellent dans tous les domaines ! Il faut au préalable évaluer les 3 ou 4 compétences clés nécessaires à la bonne réussite dans le poste, et les comparer aux résultats de vos candidats.

 

Aurélien Fréret



123

News Letter Alternative Com... |
Se Sortir de la galère |
projets et financements |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | chezservice
| bioterre
| Maude PAVAGEAU